Le gouvernement français travaille à l’atteinte d’un objectif qui, il y a quelques années seulement aurait pu paraitre irréalisable : la transition énergétique, avec la disparition des voitures à moteur thermique en 2040 ! En attendant, pour réduire les émissions de gaz à effet de serre, la loi sur la mobilité (LOM) parue en novembre 2018 fera tout pour encourager la transition vers les voitures électriques. Pour atteindre les objectifs fixés pour 2022 et 2040, il faut encore convaincre et dépasser les aprioris. Quoi qu’en dise la sociale-sphère, les voitures électriques sont économiques et moins polluantes que les voitures thermiques. En poids d’émission de gaz à effet de serre, le véhicule électrique pèse deux à trois fois moins lourd qu’un véhicule thermique. En ce qui concerne la qualité de l’air, le véhicule électrique n’émet pas de particules fines. Et ne parlons même pas de la pollution sonore !

Le poids financier des véhicules électriques

Le prix catalogue d’un véhicule électrique neuf est en moyenne de 10 K€ supérieur à celui d’un modèle thermique comparable. Cependant ce modèle économique ne tient pas lorsque l’on tient compte des aides de l’état. En effet le bonus écologique est de 6 k€ euros maximums (27 % du montant de l’acquisition prix des batteries louées inclus) pour l’ensemble des acheteurs.
Exemple de prix =

22 222 euros x 27 % = 6000 euros.

22 222 – 6000 euros = 16 222 euros.

Oublions la reprise d’une voiture récente mais qui est bien réelle.

Déduisons la reprise maximale dite “super bonus” pour mise à la casse = 2500 euros à 4000 euros en fonction de la voiture achetée, des revenus, de la voiture cassée.

16 222 – 5000 = 11 222 euros.

Le prix du carburant, un équivalent zéro euro

La plupart des bornes de recharge positionnées sur les lieux publics (supermarchés par exemple) ne facturent pas le prix de l’énergie. Le prix d’un plein d’électricité à la maison, lui coûte en moyenne 245 euros pour 10 000 km par an contre plus de 1000 euros en essence E10 et le même kilométrage. Tout dépend toujours de sa manière de conduire, de ses trajets, de la qualité de sa batterie, de la rapidité de la recharge, mais il n’y pas photo. La pose de la prise à domicile est aidée par le programme ADVENIR. L’objectif des organismes gouvernementaux est d’accroitre le droit particulier à la pose de charge. Dans les copropriétés comme en entreprise. C’est d’ailleurs là que la grande majorité des charges s’effectue.

Parking et carte grise gratuits pour les véhicules électriques !

Pour prouver aux automobilistes que les véhicules électriques sont économiques, le gouvernement proposera aux propriétaires de ce type de véhicule des places de parking réservées, parfois gratuites. Les conducteurs pourront également rouler sur des voies de circulations réservées ou prioritaires. Le relais est maintenant dans les mains des collectivités locales. En effet, elles seront responsables des modalités et des avantages proposés dans le cadre de LOM. Carte grise offerte, investissement lourd dans la technologie des batteries pour gagner en autonomie, pose de plus de 100 000 bornes…

Pas d’entretien ou presque !

L’un des surcoûts des voitures thermiques est l’entretien mécanique qui s’additionne au nouveau contrôle technique de 2019. Le coût annuel moyen de l’entretien d’une Renault Clio thermique essence serait d’un peu plus de 6 800 euros l’année pour quasiment 9 000 kilomètres parcourus. Ce prix comprend le carburant, les assurances, péages, etc. Les voitures électriques sont économiques ! la ZOÉ le prouve (elle est présente dans l’enquête en référence) en présentant un budget annuel de 4216 euros. 2584 euros de moins que la Clio. Qui dit mieux ?