La transition énergétique désigne une transformation radicale des modes de production et surtout de consommation d’énergie. Les énergies renouvelables sont effectivement entrées dans notre quotidien grâce au phénomène de l’électromobilité, du recyclage des déchets, de l’offre d’énergie dite verte ou renouvelable. Les énergies renouvelables, dont les éoliennes qui ont le vent en poupe (par nature !) malgré des arbitrages sur la préservation de la beauté des paysages.

La production verte en forte hausse

La production d’énergies renouvelables est en hausse tous les ans. La filière du bois-énergie est leader dans production d’énergie renouvelable sur la planète. Sur le podium viennent ensuite l’hydraulique, puis les biocarburants. Toutes les filières de production d’énergie renouvelable accroissent leurs capacités de distribution. Et la France n’est pas une mauvaise élève européenne. D’autant que le marché de la voiture électrique est en forte hausse. Les Français apprécient certainement leur faible coût énergétique et mécanique, leur confort de conduite, le dynamisme commercial des constructeurs et de l’état.

Une communication pertinente autour des énergies vertes

Pour être et rester dans la course aux énergies renouvelables les gouvernements qui se succèdent en France proposent des crédits d’impôt, organisent le tri des déchets ménagers, et offrent aussi des bonus financiers pour l’acquisition de flottes-automobiles-électriques pour les entreprises et les particuliers. Les logements dits verts et éco-quartiers à énergie positive sont ainsi privilégiés lors de rénovations ou de constructions neuves. En effet, le logement consomme 40 % de l’énergie totale de la France ! Des bâtiments à énergie positive naissent partout : cela signifie qu’ils produisent plus d’énergie qu’ils n’en consomment. L’énergie en surplus est remise dans le réseau électrique ou vendue à des fournisseurs. Bientôt, nos logements et bâtiments administratifs seront auto-suffisants en énergie ou à énergie positive. Imaginez un monde où les propriétaires d’appartements excédentaires en énergie vendront leur électricité sur Internet ! La transition énergétique est lancée, et elle arrive vite !

Les flottes-automobiles-électriques : la réduction de la pollution assurée

La transition énergétique touche également le domaine du transport. Ce dernier est en effet responsable de près d’un tiers des émissions de gaz à effet de serre en France. Derrière les transports arrive bonne seconde l’agriculture avec 17 % des émissions ; troisième, l’industrie manufacturière pour environ 10 % des émissions. Dans le monde du transport, les avions et les bateaux contribuent (relativement) peu à la pollution générale. Par contre les voitures des particuliers pèsent 54 % des émissions de CO2 et 21 % pour les poids lourds. Inutile de dire que ces chiffres pèsent lourd dans le choix des personnes et des entreprises qui s’équipent de flottes-automobiles-électriques. Les avantages sont nombreux :

  • Le coût mécanique et de l’énergie au 100 km sont moindres que celui des moteurs thermiques.
  • Les batteries évoluent vers un recyclage plus efficace. L’autonomie de plusieurs centaines de km rassure des consommateurs habitués à des passages peu fréquents à la pompe.
  • La rapidité de la charge n’est plus un frein à l’achat grâce aux bornes wall box. Surtout en mode rapide ou pour 80 % de charge le temps d’attente est d’à peine 30 minutes.
  • Comme le moteur thermique va disparaitre du paysage urbain français, il est temps de se mettre en cohérence avec les lois à venir… et la planète qui attend beaucoup de nous.

Les aides de l’état

Aux dernières nouvelles (pour 2019), les aides de l’état de 6000 euros pour l’achat d’un véhicule électrique ne sont valable qu’en cas d’achat de véhicule électrique neuf. Les hybrides ne bénéficient effectivement plus d’aides à l’achat ! Pour conserver le bénéfice de la déduction, le véhicule doit être gardé au moins six mois. Les informations chiffrées :

  • L’aide est plafonnée à 27 % du montant du prix de la voiture ou du véhicule d’un poids maximum de 3,5 tonnes. Soit un prix maximum de voiture de 22 000 euros environ.
  • Pour les voitures de plus de 22 000 euros, vous toucherez 6000 euros.
  • 4000 euros, dans la limite de 27 % du prix d’achat, pour les véhicules de transport de marchandises ou de voyageurs (catégories M2 ou N2) compris entre 3,5 et 12 tonnes. Pour un prix de plus de 14 814 euros vous toucherez 4000 euros.
    Il existe une prime additionnelle à la casse de 2500 euros pour l’achat d’une voiture électrique neuve.

En conclusion

Achetez un véhicule électrique ! Participez à la transition énergétique, soyez ouvert aux changements et adoptez ainsi un mode de vie et de consommation plus sain et plus respectueux de la planète !